Opération Mana Mana : Korsimoro et Boussouma pour l’acte 5

Depuis son lancement par le Premier ministre Albert Ouédraogo le 30 avril 2022, l’opération Mana Mana poursuit son petit bonhomme de chemin. Prévu chaque dernier samedi du mois, pour le 5e acte,  les jeunes de Korsimoro et de Boussouma n’ont pas dérogé à la règle ce samedi 27 août 2022. Sous la présence effective du Ministre de la jeunesse, des autorités coutumières et religieuses, et une mobilisation conséquente des jeunes, l’opération mana mana y a été officiellement lancée.

La suite après cette publicité

« Si nous pouvons nous mettre ensemble pour nettoyer nos localités, il n’y a pas ce que l’on ne peut pas faire ensemble », disait le Premier ministre Albert Ouédraogo à l’occasion du lancement de l’acte 4 de l’opération Mana-mana à Manga, pour statuer sur l’importance de cette initiative.

Cela, les jeunes de Korsimoro et de Boussouma l’ont bien compris. D’où le lancement conjoint de la dite opération dans ces deux localités par Abdoul Wabou Drabo, ministre des sports, de l’autonomisation des jeunes et de l’emploi. Malgré la pluie, c’est une population acquise pour la cause qui a pris d’assaut les lieux.

Abdoul Wabou Drabo ministre des sports, de l’autonomisation des jeunes et de l’emploi à l’œuvre
Abdoul Wabou Drabo ministre des sports, de l’autonomisation des jeunes et de l’emploi à l’œuvre

Opération Mana-mana, la cohésion sociale en marche

Le premier site à connaître la furie des dabas, râteaux et des pelles est le bois de Toéghin à Korsimoro. Avec le ministre Abdoul  Wabou Drabo en tête, suivi du peloton de la jeunesse et des autorités coutumières et religieuses, le site a été désherbé, raclé et dépourvu de tout ce qui est salissure. Cet acte qui va au-delà d’un geste de salubrité est un vecteur de cohésion sociale et de vivre ensemble prôné par les forces vives des deux régions.

« Ces derniers temps la cohésion sociale est à mal du fait de tout ce que nous traversons et les conséquences sont vécues par tous les acteurs et à tous les niveaux. Donc nous administrativement, même si  il y a des découpages, il est nécessaire que nous puissions créer des initiatives de ce genre pour rapprocher encore la jeunesse de ces deux environnement.

Si nous parlons de cohésion et d’unité, il y a que ça doit se construire dans les foyers, ça doit se construire dans les villages, ça doit se construire dans les communes et après nous pourrons la construire au niveau de la nation », a souligné Boureima Sawadogo, coordonnateur des mouvements associatifs à Korsimoro et à Boussouma.

Moment de communion entre le ministre, les leaders coutumiers et religieux et la jeunesse
Moment de communion entre le ministre, les leaders coutumiers et religieux et la jeunesse

Après le désherbage, vint le reboisement

Qui dit croissance démographique, dit production importante de déchets qui n’est pas sans conséquence sur le cadre de vie des populations. Pour y remédier, à la suite l’assainissement du bois de Toéghin,  place est faite au reboisement du site. Ainsi donc diverses espèces de plants ont été mises en terre pour redonner au bois de Toéghin sa verdure d’antan.

« Déjà à Korsimoro nous avons identifié un cadre qui est un bois, le bois qui bien entendu était en train de disparaitre du fait de l’œuvre humaine mais aussi du fait de la pollution. Quand on parle de l’opération mana mana, tout ceci s’inscrit dans ce cadre-là. Reverdir la nature, lutter contre la désertification ramasser tout ce qui polluent l’environnement. Et pour se faire, nous avons planté des arbres au niveau du bois », s’est justifié Boureima Sawadogo.

Les autorités s'attèlent à la mises en terres des plants
Les autorités s’attèlent à la mises en terres des plants

La survie des plants nécessite un certain nombre de suivis. Et  séance tenante, le site a été clôturé par des barbelés pour le protéger contre la divagation des animaux. Aussi deux forages ont-il été installés pour faciliter davantage l’accès à l’eau aux populations mais aussi pour l’arrosage des arbres.

Don de 40 tonnes de vivres, plus du matériel à la brigade verte

Une opération Mana mana des grands jours reconvertie en une journée de solidarité. La commune de Korsimoro a obtenu une dotation de plus de 40 tonnes de vivres pour venir en aide aux personnes vulnérables. De plus, la brigade verte n’est pas restée en marge de cet acte de solidarité car ayant aussi bénéficié de matériels pour assurer la continuité de l’opération Mana Mana.

Il faut noter que la réussite de cette journée est due à l’apport financier d’un fils de la région. Il s’agit de Moctar Mando, président du directoire du groupe COGEB qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de l’acte 5 de l’opération Mana Mana.

« C’est tout à fait normal et légitime que je sois là aujourd’hui et qu’on accompagne. Et c’est une invite à tout un chacun. Comme on le dit, au village quand les gens se lèvent pour danser, toi aussi tu dois te lever. Donc la pierre là est construite ensemble.

Pour ce qui est du don, c’est normal parce que cette période où les déplacés internes souffrent énormément dans nos localités, c’est un devoir d’accompagner ces déplacés internes. C’est pour cela  que nous aussi nous avons pu donner ce qu’on a donné. Vous le savez, l’eau c’est une denrée rare, c’est pour ça qu’on a pu ajouter les forages pour ces déplacés internes », a réagi Moctar Mando.

Remise de dons symbolique
Remise de dons symbolique

Malgré la pluie, la population est de sortie

Après Korsimoro, le cap est mis sur Boussouma. Et c’est le centre de santé de Boussouma qui est choisi pour le rendre propre et assurer un cadre de vie sain aux malades et aux accompagnants. Résumant cette journée riche en mobilisation, le président de la cérémonie Abdoul Wabou Drabo a laissé paraitre toute sa satisfaction.

« Vous constatez avec moi que malgré la pluie, la population est sortie et à Korsimoro et également à Boussouma. C’est encore une preuve que le peuple burkinabè reconnaît effectivement l’intérêt de cette opération. Donc il suffit de donner la dynamique pour avoir l’adhésion de la population. Et c’est une occasion de développer ses sentiments de solidarité avec les malades ici et assainir leur cadre de vie », s’est-il enthousiasmé.

Pour clôturer en bonne et due forme cette journée, la délégation s’est rendue chez le Dima de Boussouma pour recueillir les bénédictions de ce dernier.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page