Terrorisme : La jeunesse, l’acteur stratégique pour gagner, selon Dr Ra-Sablga Ouédraogo

L’Université de la jeunesse, initiative de l’institut FREE Afrik, a une fois de plus réuni du monde ce vendredi 09 septembre 2022 à Ouagadougou autour de la thématique : « Jeunesse burkinabè, il s’agit de ne pas te rendre !». Dr Ra-Sablga Ouédraogo, Directeur exécutif dudit institut en a été le principal conférencier. 

La suite après cette publicité

La présente thématique, des explications du Dr Ra-Sablga Ouédraogo, Directeur exécutif de l’institut FREE Afrik, apparaît comme une interpellation de la jeunesse burkinabè sur son rôle combien important et déterminant dans la lutte contre le terrorisme.

En effet, pour lui, « on est dans un moment où la jeunesse consciente, patriote, volontaire, désireuse de s’engager se pose des questions ; elle est un peu perdue ; elle est, dans certaines situations, dans la crise de sens».

Dr Ra-Sablga Ouédraogo, Directeur exécutif de l'institut FREE Afrik.

Ce qu’il a appelé crise de sens, il l’a expliqué par le fait que « nous avons une crise de coordination de la réalité. Nous ne savons pas ce qui nous arrive. Nous ne comprenons pas l’enchaînement des événements. Nous ne contrôlons pas la complexité des crises qui se multiplient et s’accumulent».

Et de faire aussi savoir que ce moment de crise est aussi un moment de crise de science, « au sens où c’est parce que nous n’avons pas suffisamment de connaissances pour éclairer ce réel que la crise de sens est là», a-t-il avancé.

Dans cette crise de sens, dit-il en outre, la jeunesse se trouve tenue par un puissant sentiment d’impuissance, qui la met en réserve pendant que la patrie a précisément besoin d’énergie pour se mettre en route.

Qui veut gagner la guerre, doit gagner la jeunesse

«Comment peut-on se mettre au service de la nation ? Que pouvons-nous individuellement et collectivement dans cette guerre, dans cette crise ? Comment pouvons-nous faire en sorte que nous allons à la hauteur du défi pour que notre pays en sorte par le haut, plus fort, plus beau ?» s’est alors questionné Dr Ra-Sablga.

Selon le Directeur exécutif de l’institut FREE Afrik, pour gagner cette guerre terroriste, il faudrait d’abord gagner la jeunesse. « Cette guerre va être gagnée par la partie qui va gagner la population certes, mais qui va gagner précisément la jeunesse. Parce que la jeunesse est l’acteur stratégique pour gagner cette guerre et inventer l’avenir », a-t-il déclaré, ajoutant que, « Dans bien des cas, ce sont les jeunes qui font cette guerre.

C’est une guerre de jeunes. La jeunesse a la force ; c’est elle la force ; elle a le génie et la générosité ; et c’est elle qui a le plus à perdre», a-t-il aussi dit.

«Il s’agit de ne pas se rendre !»

Pour que la jeunesse, cet acteur stratégique, se déploie en faveur de la société, a par ailleurs indiqué Dr Ouédraogo, il faut qu’elle fasse attention à certains vécus.

«Il s’agit de ne pas se rendre au terrorisme, aux terroristes ; au fanatisme ; à l’obscurantisme ; à la stigmatisation communautaire ; au relativisme étique ; à ceux qui piétinent les vrais patriotes ; à la division ancien et nouveau régimes ; à la posture du bouc émissaire ; au clientélisme des élites sans valeurs ; au dieu argent ; à la désinformation ; à la manipulation des fake news ; aux majorités résignées…à tout ce qui est contraire à la patrie», a-t-il laissé entendre.

Et comment ne pas se rendre ? A cela, le conférencier a rétorqué qu’il faut être actif en s’engageant selon ce que l’on peut apporter. Soit par le génie, soit par la productivité, ou par l’assistance aux voisins, proches, aux personnes dans un besoin d’assistance, etc. «Il s’agit de ne pas nous rendre. Mettons-nous à la hauteur des défis du moment», a somme toute dit Dr Ra-Sablga Ouédraogo.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page