Édito | La plaidoirie convaincante de Me Kyelem

publicite

Il avait juste besoin de 36 voix. Au finish, ça été presque un plébiscite pour Me Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela dont la « plaidoirie » a obtenu 64 voix « pour », 4 « contre » et une « abstention ». Après sa Déclaration de politique générale (DPG), le Premier ministre a donc obtenu le feu vert des membres de l’Assemblée législative de Transition (ALT) pour conduire la politique gouvernementale… En tout cas, le PM est attendu au pied du mur.

La suite après cette publicité

Cette DPG, faut-il le rappeler, est une obligation contenue dans l’article 63 de la loi fondamentale burkinabè. Une simple formalité, a-t-on envie de dire, tant tous ceux qui se sont livrés à l’exercice sont passés haut les mains.

Si l’issue du vote est connue d’avance, ce sont les propos de l’orateur qui sont particulièrement attendus. Au-delà des déclarations de bonnes intentions qui constituent l’essentiel du discours, les auditeurs sont toujours à la recherche de la petite phrase qui fera grand bruit. Et l’on a été servi avec ce Premier ministre, polémiste de son état, il y a quelques mois sur les plateaux de télévision.

Avec son franc-parler habituel, qui n’a donc pas encore souffert de sa nouvelle fonction, Me Kyelem a jeté les grandes lignes de son action durant la période de Transition. Comme il fallait s’y attendre, figure en bonne place de cet agenda, la restauration de l’intégrité territoriale et la sécurisation des personnes et des biens. Le chef du gouvernement y ajoute le bien-être des Burkinabè et la refondation de la société par une gouvernance vertueuse et visionnaire.

Qu’au moins le chemin soit tracé !

Un vaste programme sécuritaire, social et économique dont à l’évidence, le temps et les moyens de la Transition ne permettront pas de réaliser en intégralité. Le vœu des Burkinabè est qu’au moins le chemin soit tracé et que la situation sécuritaire permette un retour à l’ordre constitutionnel normal dans les meilleurs délais.

A propos de cette mission de reconquête du territoire national, c’est un vrai pavé dans la mare qu’a jeté le Premier ministre, parlant de « partenaires » qui ne joueraient pas franc jeu avec le Pays des Hommes intègres, tout en gardant le mystère. Mais il a, en tout cas, donné du grain à moudre surtout aux manifestants qui réclament depuis plusieurs mois le départ du partenaire historique que constitue la France.

Et lorsque le chef du gouvernement affirme, à propos des forces spéciales françaises de l’opération « Sabre », que le Burkina a choisi, depuis quelque temps, de ne plus leur faire appel, on pourrait lui rétorquer : Pourquoi les garder si on n’en a plus besoin ? Le temps des précisions viendra sûrement, d’autant plus que la France, elle-même, entend redéfinir bientôt sa présence au Sahel…

La Rédaction 

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. We all know France is NATO number one demon in Africa with duty of to cleverly create evil chaos that will help make way for NATO nations to plunder Negroid Africa. That method have worked for decades unto recently. Negroid African leaders of courage with their citizens support have raised that issue plus obligate that Negroid Africans alone if necessary do something about it. Africans now get loud about NATO wrong doing in Negroid Africa plus obligate all leaders of Negroid African nations to publicly respond. This method is essential element in practical way forward to timely plus lastingly satisfying Burkinabe security against terrorists needs plus perpetual productive pursuit to upgrading living conditions to degree they become comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming available to all Burkinabes.
    As we see it take leaders who are people of education, courage plus work smart method to lead if we are to timely achieve foregoing goals.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page