Burkina Faso : Le mérite des ONG reconnu !

publicite

La première édition de reconnaissance des Organisations non gouvernementales (ONG)  s’est tenue le jeudi 24 novembre 2022 à Ouagadougou. Des trophées ont été décernés aux lauréats lors de la « nuit des ONG ».

La suite après cette publicité

Le Burkina Faso compte environ plus de 1 000 Organisations non gouvernementales (ONG) qui, au regard de ce nombre a fait surnommer le pays des Hommes Intègres de « terre des ONG ». Raison pour laquelle une halte de reconnaissance leur a été dédiée à travers la « nuit des ONG ». Cette nuit de gratitude a été placée sous le thème « ONG et défis du moment ! Quelles contributions pour un Burkina de paix et de sécurité ? ».

A écouter Pima Bazié, promoteur de cette édition, cette rencontre avait pour objectif d’interpeller les ONG dans l’exercice de leurs missions tout en faisant la promotion de leurs efforts. Egalement, selon lui, cette initiative vise à encourager des acteurs de développement à faire davantage et profiter créer un espace d’échange entre les différents acteurs notamment entre l’Etat, les ONG et les populations bénéficiaires afin de créer un climat de confiance.

Pima Bazié, promoteur nuit des ONG
Pima Bazié, promoteur nuit des ONG

Cependant, les ONG rencontrent des difficultés sur le terrain dans l’exercice de leurs missions. C’est ainsi que Pima Bazié a exhorté l’Etat de leur faciliter la tâche, car « notre société est malade et c’est pourquoi il faut dire non à la stigmatisation et à la xénophobie ».

En plus, il a fait savoir que les attentes sont grandes et les défis sont nombreux mais lorsque « les efforts sont conjugués de part et d’autre, je pense que nous pourrons nous en sortir ». Cette nuit a été une occasion de reconnaitre le mérite de certaines ONG qui se sont démarquées de par leurs actions posées contribuant au développement du Burkina Faso.

Aïcha Bonkoungou, représentante du parrain

Au total, 41 ONG ont été félicitées pour leurs actions parmi lesquelles 24 ont été primées. Concernant les critères, Pima Bazié a fait savoir que c’est suite à trois critères que les ONG ont été jugées sur les trois dernières années. Il s’agissait, entre autres, d’être en règle vis-à-vis de l’Etat, de ne pas faire l’objet d’une interdiction d’exercer au Burkina Faso et justifier à travers des documents administratifs les réalisations.

Au regard de la contribution des ONG pour le développement local, Aicha Bonkoungou, représentante du parrain à cette cérémonie, a encouragé les acteurs de promotion de la paix à cultiver et à maintenir cette dynamique au bénéfique des Burkinabè.

Djemal Saddam El Abdallah SIBA et Lati Fatou TARBANGDO (Stagiaires)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page