Burkina : La compétitivité des entreprises locales dans le viseur du CES

Du 5 au 9 décembre 2022 se tient la session spéciale pour la validation du rapport public 2022 du Conseil économique et social (CES) sous le thème « investissement privé au Burkina Faso : quelles stratégies pour une meilleure compétitivité des entreprises locales ? ». Durant cinq, les conseillers vont passer en revue les goulots d’étranglement qui sapent la compétitivité des entreprises locales au Burkina Faso. 

La suite après cette publicité

Dans l’optique de rendre les entreprises locales compétitives, le rapport public 2022 du Conseil économique et social (CES) sur le thème « investissement privé au Burkina Faso : quelles stratégies pour une meilleure compétitivité des entreprises locales ? » est en cours de validation.

Le président du comité scientifique de l’observatoire économique et social, Pr Pam Zahonogo, a fait comprendre que le CES a voulu, à travers son observatoire économique et social mener une étude prospective sur une thématique afin d’éclairer les décideurs dans les choix de politiques de développement appropriés en matière de promotion du secteur privé burkinabè.

Pr Pam Zahonogo,président du comité scientifique de l’observatoire économique et social,
Pr Pam Zahonogo, président du comité scientifique de l’observatoire économique et social,

« Si vous voulez des entreprises qui produisent la croissance, il faut que ces entreprises puissent attaquer le marché intérieur et extérieur. Il faut que les entreprises soient compétitives. Un pays ne peut se développer sans des entreprises compétitives », a-t-il indiqué.

 Egalement, il a laissé entendre que le coût de production au Burkina Faso est très élevé, ce qui constitue une entrave à la compétitivité des entreprises locales.

Lire également 👉Burkina Faso : Le CES et l’ASCE-LC s’unissent contre la corruption

Du 5 au 9 décembre 2022, les conseillers du CES vont examiner le rapport et faire des recommandations pour enrichir le document.

En plus le président CES, Bonaventure Ouédraogo, a souligné que la présente session veut faire le point d’une façon plus générale sur les questions liées à l’investissement au Burkina Faso afin de tirer des enseignements et de mieux comprendre les problèmes de l’économie nationale.

« Au regard de la faiblesse des investissements privés, du caractère peu compétitif de nos entreprises locales et le rôle que joue le secteur privé dans la promotion de la croissance économique, la réduction du chômage et la lutte contre la pauvreté, des préoccupations méritent d’être appréhendées », a-t-il indiqué.

session spéciale pour la validation du rapport public 2022 du Conseil économique et social (CES)

Il s’agit, entre autres, de quelle stratégie à développer pour rendre plus compétitives les entreprises locales dans un contexte de mondialisation des échanges et défis sécuritaires. A traves cette session spéciale, le CES entend créer un cadre d’échanges et de réflexion prospective sur l’investissement privé au Burkina Faso.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page