Réconciliation nationale : Pas de précipitation, le gouvernement appuie volontairement sur le frein

Le gouvernement, à l’Assemblé législative de Transition (ALT), a répondu par la voix du ministre Boubakar Savadogo, ministre des Sports, de la jeunesse et de l’Emploi, à la question orale sans débat du député Prosper Bako en ce qui concerne la problématique de la cohésion sociale au Burkina, ce mardi 24 janvier 2023. 

La suite après cette publicité

« Le gouvernement prépare le forum national de la réconciliation », a d’emblée rassuré le ministre Boubakar Savadogo. Mais cela se fera, a-t-il étayé, selon un certain nombre de principes et surtout pas dans la précipitation.

Ce forum se fera « selon les résultats et les conclusions des différentes assises et concertations qui ont eu lieu », a-t-il dit. « Lors de ces concertations », a-t-il rappelé, « il y a des accords ou des ententes qui avaient eu lieu. Les différentes commissions qui avaient été mises en place avant la transition avaient conclu des accords ».

Aussi, a-t-il fait savoir que « le gouvernement est en train d’œuvrer pour satisfaire ces accords afin que ces personnes viennent au forum national de la réconciliation de bonne foi ». Pour lui, cela va accorder du crédit au forum en préparation afin qu’il n’y ait pas un autre forum après ce dernier.

Le député n’ayant pas été satisfait de la réponse du ministre a rappelé l’impérieuse nécessité pour le Burkina Faso d’aller vite vers un forum sur la réconciliation au regard de la situation actuelle marquée entre autres par des propos haineux et des altercations verbales notamment sur les réseaux sociaux.

Les députés à l’ALT

À ce bis repetita sur la question, le ministre s’est encore étalé sur sa position. « J’ai entendu sur la question de l’honorable député qu’il faut aller vite. Il a fait une liste des responsables de notre pays qui ont pris des initiatives (sur la réconciliation nationale, NDLR). J’aurais aimé qu’il dise que ces initiatives qui ont été prises ont abouti. 

Malheureusement, il dit que ces initiatives n’ont pas abouti. Nous ne ferons pas ces erreurs. Nous échangerons, nous écouterons tout ce qui sortira dans les communes, les régions pour que les cœurs s’apaisent avant d’aller au forum (national sur la réconciliation, NDLR)« , a fait savoir Boubacar Savadogo.

Pour terminer, il a été clair sur la vision du gouvernement en ce qui concerne le forum national sur la réconciliation. Pour le gouvernement,  a-t-il terminé, le forum « est un aboutissement et non un début ».

Hamadou OUEDRAOGO

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Reconciliation is difficult condition to manage especially while war is ongoing. No nation in Negroid Africa have well managed Reconciliation whether war was ongoing or not. There must be rules which will not be violated established before information to receive reconciliation about is revealed. This is difficult to do while war is ongoing when traitorous acts may be revealed. Not only simple direct betrayal but where relative or friend may knowingly or unknowingly reveal information to relative or friend who is traitor or terrorist who forwarded that information to terrorist group who used information to aid in carrying out attack that killed or injured anti-terrorists, cause rape of women, kidnapping of people, robbing plus property destruction. Reconciliation is stupid noble thought that usually end at being terrible mess!
    Online urging of violence is problem that must effectively be managed without leniency even if it require closing of some social media sites within Burkina Faso.
    We must employ steps plus stages management of condition but where violence is in speech or actions for safety sake we must take immediate resolute action.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page