Jeu de dames : 65 damistes à Ouagadougou pour détrôner le champion du Monde Jean Marc Ndjofang

C’est parti pour l’Open international de Ouagadougou en jeu de dames « world cup » depuis le 20 janvier 2023. Des damistes venus du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Sénégal, du Cameroun, du Mali, rivalisent pour remporter ce grand prix. 

La suite après cette publicité
L’open de Ouaga est présidé par le ministère en charge des sports.

Le Camerounais Jean Marc Ndjofang est l’actuel vainqueur de l’open international de Ouagadougou et donc champion du monde. Il a remis, une nouvelle fois, son  titre en jeu depuis le samedi 20 janvier 2023 à Ouagadougou. Près de 65 autres damistes sont en lice pour essayer de le détrôner.

Mais, il va falloir attendre le 27 janvier prochain pour connaitre le vainqueur de cet open international de Ouagadougou. « C’est le seul open international, world cup en Afrique », a rappelé Jean Marc Ndjofang, représentant de la Fédération internationale de jeu de dames.

Les ambitions du champion du Burkina

Pour lui, la fédération burkinabè de jeu de dames est un exemple en Afrique dans le cadre de la promotion de cette discipline. « Vous avez le Fespaco, vous avez le tour cycliste international qui sont des évènements importants en Afrique mais vous avez aussi un rendez-vous important en Afrique qui reste le world Cup », a-t-il ajouté.

Une soixantaine de damistes prend part à cette 6e édition de l’Open de Ouagadougou.

Le champion du Burkina Faso Aboubakar Marc Thiéba espère remporter le tournoi pour s’inscrire parmi les grands maitres du jeu de dames en Afrique. « Je me suis bien préparé pour cette compétition. J’ai consulté beaucoup de documents. Je m’entraîne chaque jour pour être au top pendant cette compétition. J’espère qu’on fera preuve d’esprit d’équipe pour remporter ce trophée », affirme Thiéba.

Un appel au fair-play

Gilbert Sanou a représenté le ministre des sports, de la jeunesse et de l’emploi lors de l’ouverture de la compétition. « Pour cette compétition, nous leur demandons le fair-play pour que le meilleur gagne à la fin », espère-t-il en demandant à chacun de donner le meilleur de lui-même.

Le président de la Confédération africaine de jeu de dames, Douah Abraham Cissoko a effectué le déplacement à Ouagadougou pour assister à l’évènement. Pour lui, l’open international de Ouagadougou est un tournoi incontournable sur la scène africaine et internationale. « Cette compétition est presque une Coupe du monde », a-t-il souligné.

Quant au président de la Fédération burkinabè de jeu de dames, Abdoulaye Ouédraogo, la compétition a grandi depuis sa création en 2016. Il espère que les damistes burkinabè vont se révéler. « Nous avons appris sur le plan continental où nous avons été une fois sixième. Nous avons appris des leçons, j’espère que lors de cette compétition, les jeunes vont relever le niveau », souhaite Abdoulaye Ouédraogo.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page