Burkina : Le ministère du commerce contrôle les prix des produits à Ouagadougou

Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat a organisé un contrôle sur le terrain, ce lundi 24 avril 2017 à Ouagadougou. Cette activité visait à contrôler les prix, la date de péremption et les poids des marchandises dans les commerces.

La suite après cette publicité

L’équipe des contrôleurs du ministère du commerce est « descendue » dans la ville de Ouagadougou. L’affichage des prix des produits et la date de péremption ont été leurs centres d’intérêt.

Ce contrôle inopiné visait à vérifier la conformité des prix des produits de grandes consommations comme convenu dans le cadre de concertation tripartite tenu le 17 mars dernier (gouvernement-secteur privé et société civile).

L’équipe des contrôleurs de prix dans une boutique

« C’est pour lutter contre la vie chère et faire en sorte que les produits de grande consommation soit disponible en quantité, en qualité et dans les poids convenables. L’exercice d’aujourd’hui est de constater de visu que les prix n’ont pas changé», a laissé entendre le ministre du commerce, Stéphane Sanou. Il ajoute que ceux qui ne seront pas conformes vont être saisis.

Florence Balima, contrôleur de prix au niveau de la direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes, affirme que « nous listons certains produits, nous vérifions la date de validité et l’intéressé doit nous amener les factures d’achats et les reçus pour que nous vérifions si les produits sont rentrés régulièrement et si ce n’est pas la fraude ».

L’équipe a procédé à la vérification d’une dizaine de commerces dans le quartier de Tanghin. Ainsi, les contrôleurs ont décelé des anomalies dans certaines boutiques, notamment au niveau de la publicité des prix et les dates de péremption dépassées de certains produits.

Un produit dont la date de péremption est dépassée

Florence Balima a procédé à la saisie des produits avariés comme du coton hygiénique pour femme et des produits alimentaires dont les dates de péremption sont dépassées. Elle précise que les produits seront détruits et le commerçant concerné payera une amende pour les infractions constatées.

Toutes les boutiques visitées dans le cadre de ce contrôle, l’équipe invite les gérants à se rendre dans les locaux de la direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes pour se conformer aux lois en vigueur.

Pour Harouna Kafando, détenteur d’une boutique à Tanghin, « c’est une très bonne chose de faire des contrôles pour vérifier les produits périmés». Il ajoute que ce n’est pas la première fois qu’il reçoit la visite des…lire la suite. 

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Samedi matin, 31/07/2021 à 11h, je suis allé acheter du maquereau à la boutique Massafood de Gounghin, à 50m sur le même coté que Watam Kaiser. Il m’annonce le prix, 1.200 F le kilo et je vois à l’entrée du magasin, un grand panneau sur lequel sont inscrites toutes les sortes de poissons en vente et leur prix. La date sur le panneau est 31/7/20121
    et je vois écris « maquereau = 1.100 F ». Je lui dis qu’il s’est trompé en disant 1.200 F et là il me répond Non ! c’est une erreur et immédiatement, devant 3 témoins, il efface le prix marqué sur le tableau et le change en mettant 1.200 F. Je me suis insurgé devant une telle pratique en lui rappelant que le prix affiché d’un article doit être celui auquel il doit être vendu. Si le vendeur a commis une erreur, cette une erreur doit être rectifiée, après la vente au prix affiché. Le vendeur n’a rien voulu savoir et m’a répondu que c’était comme ça et pas autrement. Je suis prêt à déposer une plainte pour cette attitude inacceptable et irrespectueuse.
    J’attends de votre part une action envers ce commerçant irrespectueux des règles et des personnes.
    Henri RODIER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page