Ramadan 2022 : Le ministère du commerce veille au respect des prix

A l’orée du mois de Ramadan, le ministère du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, a initié une opération spéciale de contrôle appelée « contrôle Ramadan ». Ce mardi 29 mars 2022 a marqué le lancement officiel de cette opération spéciale. 

La suite après cette publicité

Le mois de Ramadan est une période marquée d’une forte demande en produits de grande consommation. Cependant, certains commerçants  pourraient profiter de cette période de forte demande pour renchérir les prix des denrées de grande consommation ou écouler des produits de mauvaise qualité.

une opération spéciale de contrôle appelée « contrôle Ramadan »
Une opération spéciale de contrôle appelée « contrôle Ramadan »

Pour permettre aux musulmans et à tous les consommateurs de passer le mois de Ramadan en toute quiétude, le ministère en charge du commerce a initié une opération spéciale de contrôle des prix et de la qualité des produits de grande consommation.

« Bientôt nous allons aller dans le mois béni du Ramadan. C’est un mois de grande consommation. Les produits de grande consommation dans notre pays sont des produits à prix réglementés. A ce titre, comme la demande va exploser, certes du mois du Ramadan, la tentation est grande de certains acteurs soit de créer une sorte de pénurie dont l’objectif final est d’augmenter de façon anormale les prix  », a relevé le ministre en charge du commerce, Abdoulaye Tall.

Lire également 👉Ramadan 2020 : Le ministère du commerce veille au respect des prix et de la qualité

A l’écouter, il s’agira, entre autres, de veiller au respect de la réglementation en matière de prix et de lutter contre les pratiques frauduleuses. Une équipe du ministère en charge du commerce a effectué des contrôles dans des entrepôts de grossistes importateurs et dans des alimentations.

L’entreprise GENEDIS Burkina qui intervient dans la distribution des produits de grande consommation au Burkina Faso dispose d’un stock important pour le Ramadan. Seydou Zanga Sesouma, le directeur général, a indiqué que son entreprise a pris les dispositions pour le Ramadan et que les prix pratiqués sont ceux fixés par le gouvernement.

Seydou Zanga Sesouma, le directeur général de GENEDIS Burkina
Seydou Zanga Sesouma, le directeur général de GENEDIS Burkina

Il a ajouté qu’actuellement les prix appliqués sont notamment le carton de sucre qui est vendu à 18 750F et 30 000F pour le sac de 50 kg en poudre. Cependant, il a précisé que les prix du gouvernement datent du 31 décembre 2021 et que des négociations sont en cours avec la SN SOSUCO pour déterminer le nouveau prix.

Concernant l’opération de contrôle de prix, Seydou Zanga Sesouma a salué l’initiative. Pour lui, cette pratique permet de rassurer le consommateur.

En période de pénurie, chaque pays se barricade et n’exporte que l’excédent de sa production.

Egalement, le magasin du groupe SOCOM a rassuré de la disponibilité et de respect des prix pour cette période de Ramadan. Boukaré Ouédraogo, PDG du groupe SOCOM, a affirmé que le Ramadan est un mois de grâce. Pour lui, à défaut de diminuer le prix il n’envisage pas faire des augmentations pendant le Ramadan.

Vérification du poids des marchandises
Vérification du poids des marchandises

A l’issue de la tournée, le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat  et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, a indiqué que beaucoup de magasins ne sont pas remplis. Il a expliqué cela par la conjoncture internationale. « En période de pénurie, chaque pays se barricade et n’exporte que l’excédent de sa production », a-t-il relaté.

Par ailleurs, des commerçants ont soulevé la question de l’augmentation des prix au niveau de la SN SOSUCO. Le ministre a rassuré que des discussions sont en cours avec la société pour déterminer un prix qui protège le consommateur et qui arrange la société.

« On a un double rôle à jouer, comment protéger le tissu industriel. Il  faut être réaliste quand les partenaires posent les problèmes. Il faut les regarder avec objectivité et voir comment protéger le consommateur burkinabè qui est déjà suffisamment éprouvé », a indiqué le ministre.

En rappel, à chaque période de demande de grande consommation, le ministère organise des opérations de contrôle des prix.

Jules César KABORE

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. c’est seulement pendant le mois de carême que le gouvernement procède au contrôle des prix, chaque jour les commercants augmentent les prix des articles sur le marché et personne n’ose parlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page