Championnat du monde d’athlétisme : « Je suis serein et prêt » (Hugues Fabrice Zango)

Médaillé de bronze olympique et aux championnats du monde, Hugues Fabrice Zango souhaite remporter l’or lors des mondiaux d’Eugène aux Etats-Unis. Dans une interview accordée sur zoom, le premier médaillé olympique s’est expliqué sur sa préparation depuis sa blessure en début de saison.

La suite après cette publicité

« Avec tout ce qui s’est passé cet hiver, ma blessure… J’ai dû retarder ma période de forme. J’ai dû reprendre les entraînements que début avril pour essayer de récupérer déjà la forme physique avant d’entamer tout ce qui est technique. Nous étions pris par le temps et nous avons tout de suite attaqué les compétitions alors que nous n’étions pas prêts », a commencé par expliquer Hugues Fabrice Zango.

Lire aussi: « Je ne suis pas encore le meilleur mais je cherche à l’être » (Hugues Fabrice Zango)

Cependant, le champion d’Afrique n’a pu planifier sa préparation comme il l’aurait souhaité. Il devait faire face à plusieurs obligations. « Les compétitions qui se sont déroulées au mois de juin. Ce sont des compétitions obligatoires. J’avais une obligation contractuelle et aussi il fallait représenter le Burkina aux championnats d’Afrique et je devais participer à cette compétition tout comme la Diamond league.

Donc, j’ai dû faire trois compétitions d’affilé. Chaque semaine, j’avais une compétition et bien sûr des déplacements qui font qu’au niveau fraîcheur physique ce n’était pas forcément le top », a souligné Hugues Fabrice Zango qui saute le vendredi 22 juillet à 1h heure 20 et le dimanche 24 juillet à 1heure.

L’or, un objectif

Toutefois, Hugues Fabrice Zango affiche sa sérénité habituelle : « J’ai retrouvé tous mes moyens physiques et mentaux. Je suis complètement serein et prêt pour ces championnats du monde », confirme-t-il. Le Burkinabè a douté au départ du fait de sa blessure.

Lire aussi: « Je veux battre le record du monde…» (Hugues Fabrice Zango)

Mais une fois rétabli, il ne compte pas changer d’objectif : «  Si au mois de mai, je  vous disais que je voulais la médaille d’or, j’étais peut-être dans le cadre d’un rêve. Mais là, vouloir la médaille d’or, c’est plus qu’un objectif. Je touche presque. Au fur et à mesure qu’on avait ses moyens physiques, il y avait la confiance qui s’installait ».

Le premier médaillé olympique du Burkina Faso assure avoir bénéficié d’une bonne préparation et se dit prêt à relever ce défi.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page