SEMICA : Le 3e Salon referme ses portes sur des perspectives heureuses

1803 0

La troisième édition du salon international de l’énergie, des mines et des carrières a refermé ses portes ce samedi 31 mai. Au terme de cette quatrième édition, l’équipe d’organisation s’est montrée reconnaissante aux participants et aux partenaires et s’est déjà armée de perspectives pour la prochaine édition, alors que le salon a acquis sa dimension sous-régionale.

En attendant l’édition 2015, annoncée pour les 28, 29 et 30 mai 2015, l’heure était à la reconnaissance au dernier jour du SEMICA. «Chaque fois que vous aurez ce tableau en face de vous, souvenez-vous que c’est la reconnaissance du SEMICA à votre endroit». C’est en prononçant cette phrase que le commissaire général du SEMICA, Innocent Belemtougri, a remis les attestations certificats de participation aux exposants. Au total 80 attestations ont été remises, une façon de témoigner de la reconnaissance du SEMICA aux exposants certes, mais aussi de les fidéliser à ce salon.

L’occasion a été saisie par certains porté leurs suggestions aux organisateurs. Les responsables du stand Mali Mine d’Or ont ainsi demander au commissaire général d’inviter plus de miniers de ce pays aux prochaines éditions, pour pouvoir « mieux traiter avec eux ».

Le SEMICA, désormais fort du soutien de de la CEDEAO

Kadré Désiré Ouédraogo, aux côtés du commissaire général du SEMICA. (Fasozine)
Kadré Désiré Ouédraogo, aux côtés du commissaire général du SEMICA. (Fasozine)

Les partenaires du Salon ont également reçu des certificats de reconnaissance, à l’occasion du Gala de clôture qui a vu la participation du président de la commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo. Une présence qui a confirmé la dimension sous-régionale du SEMICA, tenue cette année sous le thème de la contribution du secteur minier à l’émergence des États de la CEDEAO.

Selon le Burkinabè qui dirige l’organe exécutif de la CEDEAO, l’Afrique de l’Ouest est la région la plus performante des cinq régions de l’Afrique, et les mines contribuent à cette forte croissance. « Notre ambition c’est de positionner ce secteur comme le pilier de la croissance en Afrique de l’Ouest » a déclaré Kadré Désiré Ouédraogo. Une ambition qui va s’appuyer sur des initiatives telles que le SEMICA, cadre de rencontre des acteurs du secteur.

Mouniratou LOUGUE
Pour Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre