Patrick Malo : “Mon père me notait après chaque match…”

Le défenseur burkinabè Patrick Malo évolue depuis quelques mois en Algérie à la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK). Il a été engagé après un essai chez les Canaris algériens. Aujourd’hui lié au club de la JSK pour deux ans, il est devenu l’un des leaders de la défense dans l’effectif kabyle. 

La suite après cette publicité
Patrick Malo a bénéficié des conseils de son père Malo Kamou entraîneur du RCK
Patrick Malo a bénéficié des conseils de son père Malo Kamou entraîneur du RCK

Burkina 24 (B24) : C’est à l’USFA que beaucoup de Burkinabè t’ont connu. Comment es-tu arrivé dans ce club ?

Patrick Malo (PM) : J’ai été formé à l’institut de formation du footballeur africain (IFFA) à Matourkou sous la conduite de Daouda Famoso Sanou que je remercie au passage. C’est après j’ai rejoint le club de l’Union Sportive des forces armées (USFA) à son temps Yacouba Ouédraogo (ndlr, ancien ministre des sports et des loisirs) était le président et un contrat de trois ans a été signé.

B24 : Quels souvenirs gardes-tu donc de cette équipe militaire ?

PM : Je garde de très beaux souvenirs de cette équipe. J’ai remporté la coupe de  Association des journalistes sportifs (AJSB). J’ai joué une coupe africaine et j’ai beaucoup appris avec ce club.

B24 : A l’USFA tu avais souvent en face de toi ton papa Malo Kamou, également entraîneur. Comment ça se passe avant, lorsque tu dois affronter son équipe ? Vous parlez du match ?

PM : Avant chaque match on discutait beaucoup, et il me donnait des conseils. Mais il faut dire aussi que je le chambrais en lui disant qu’il allait perdre contre mon équipe. Mon père me notait après chaque match et il soulignait mes erreurs.

B24 : Après l’USFA, c’est avec la Société Omnisport de l’armée (SOA) de  Côte d’Ivoire que tu as encore explosé. Comment as tu rejoint cette équipe ?

PM : J’ai été repéré lors du tournoi militaire que l’USFA a disputé en Côte d’Ivoire. C’est de là que tout est parti. Et c’est grâce aussi à un monsieur qui est ami avec le président de la SOA dont je vais taire le nom, qui a permis le contact entre le club et moi.

Selon Patrick Malo, le travail est la clef de sa réussite
Selon Patrick Malo, le travail est la clef de sa réussite

B24 : Comment es-tu arrivé à t’imposer dans cette équipe ?

PM : Je me suis imposé grâce à mon travail, aux conseils de mes proches et par mon entraîneur à son temps, Maxime Gouaméné, qui m’a beaucoup fait confiance.

B24 : Après la SOA, tu rejoins la JS Kabylie. Comment ça se passe pour toi ?

PM : Oui après tout le travail abattu dans le championnat ivoirien, Dieu m’a ouvert une porte et je lui rends gloire. Tout se passe très bien dans le travail, avec le staff et avec toute l’équipe.

B24 : Quel objectif t’es tu fixé avec ce club?

PM : Mon objectif c’est de poser mes empreintes dans ce championnat. C’est aussi de progresser et viser l’Hexagone.

B24 : Tu es décrit comme un joueur polyvalent,  mais quel est ton poste de formation?

PM : Effectivement,  j’ai eu à expérimenter d’autres postes, mais je suis un défenseur central de formation.

B24 : Récemment tu as reçu ta première convocation en équipe nationale. Comment as-tu accueilli cette nouvelle ?

PM : C’était une immense joie et un rêve de gamin. J’ai été bien accueilli par mes coéquipiers. Ce qui a permis mon intégration. Je compte continuer à travailler dans mon club, parce que ce n’est que par mon rendement qu’on aura toujours confiance en moi. Et ainsi viendra le moment d’étaler mon talent en équipe nationale, parce que nous avons tous un talent.

B24 : Qui est ton modèle en tant que défenseur central?

PM : Ils sont trois : Vincent Kompany,Thiago Sylva et Sergio Ramos.

Entretien réalisé par Charlemagne OUEDRAOGO

Chroniqueur sport pour Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page