Surveillance électorale : Les partis politiques doivent s’investir davantage

Les activités de préparation des élections de 2015 se poursuivent, pour la CENI et ses partenaires. Du 1er au 4 juillet, des représentants de partis politiques étaient à l’école du CGD pour le monitoring des élections. Une des formations modulaires BRIDGE dispensée dans le cadre de l’appui aux acteurs du processus électoral.

La suite après cette publicité

Les partis politiques, à travers une vingtaine de leurs représentants, renforcent leurs capacités pour plus de professionnalisme dans le monitoring des élections.

Initiée par le CGD (Centre pour la gouvernance démocratique) qui a fait le constat de leur manque de professionnalisme lors des élections couplées de décembre 2012, la formation modulaire sur le monitoring des élections a donné l’occasion aux participants, en quatre jours, de se familiariser avec les règles, les procédures et les bonnes pratiques en matière de surveillance des élections.

Une vue de quelques participants à la formation sur le monitoring des élections. ©Burkina 24
Une vue de quelques participants à la formation sur le monitoring des élections. ©Burkina 24

Cette formation qui fait suite à une autre sur la résolution des conflits électoraux, a surtout insisté sur le rôle des partis politiques dans la surveillance des élections.

Un rôle jugé capital par le Pr Augustin Loada et pour lequel les premiers concernés doivent investir des ressources, aussi bien humaines que financières.

Selon le Pr Augustin Loada, il faut que les partis investissent dans la surveillance électorale, y consacrent des ressources financières et humaines, la seule garantie pour des résultats électoraux acceptables.

Entre autres, la formation théorique mais surtout pratique comme le veut la méthode BRIDGE, a permis d’aborder des éléments de solution pour réduire les risques de fraudes, mais aussi de lancer la réflexion sur l’élaboration d’un code de conduite.

Justin Yarga
Burkina 24
publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Les partis politiques d’opposition burkinab? ont trop de carence en mati?re des r?gles, proc?dures des bonnes pratiques en mati?re de surveillance des ?lections. Bonne initiative de les initier ? ces pratiques ?a y va de la transparence des ?lections dans ce pays.

  2. Les partis politiques d’opposition n’ont pas les moyens de surveiller tous les bureaux de vote de ouaga n’en parlons pas des autres villes et provinces. Apres c’est eux qui vont venir crier au scandale comme quoi il n’ya eu fraude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page