Aziz Dabo : « Mon souhait, que cette transition soit impartiale »

Aziz Dabo est étudiant en France. Depuis Paris, il a suivi l’évolution de la situation politique au pays. Il donne sa lecture sur  la transition au Burkina, mais aussi revient sur sa vie d’étudiant à l’étranger.

La suite après cette publicité

Burkina24 : Est-ce que vous pouvez nous décrire le parcours qui vous a conduit ici en France ?

Aziz Dabo (AzD) : Après avoir obtenu le baccalauréat D au lycée Marien Ngouabi en 2007, j’ai continué à DAKAR où j’ai effectué un Diplôme de Technicien Supérieur Technique télécoms à l’Ecole Supérieure Multinationale de Télécommunications (ESMT). Depuis 2009, je poursuis mes études ici à Paris. Je finalise, actuellement, un Master en Management et Stratégie d’entreprise.

Burkina24 : Parlez-nous un peu de votre intégration dans la société française, puis dans la communauté estudiantine burkinabè. A-t-elle été difficile ?

AzD : Mon intégration dans la culture française et estudiantine burkinabè fut facilitée par la Maison du Burkina dénommée « FESSART » car j’y ai résidé dès mon arrivée septembre 2009. J’ai pu facilement me faire des amis et je ne fus pas dépaysé car la chaleur humaine du pays se ressent dans le bâtiment.

Burkina24 : Vous avez également été le délégué des étudiants burkinabè de la cité Burkina ici à Paris. Dites-nous comment est-ce que c’est arrivé et en tant que délégué vos actions pour vos compatriotes étudiants?

AzD : Effectivement, j’ai été élu Président du comité de résidents pour la période de janvier 2013 à décembre 2014. Ce fut un honneur pour moi de représenter valablement mes camarades.

Cela est arrivé au vu de mon engagement et de ma disponibilité à toujours accompagner toutes formes d’activités positives au sein de la  résidence.

Je vous avoue qu’il faut une grande détermination pour mener à bien cette mission. J’en sors grandi car ce fut un apprentissage et une responsabilité qu’il fallait assumer tout en se donnant une ligne de conduite exemplaire.

Burkina24 : Avez-vous des projets de retour au pays ?

AzD : Je suis très probablement sur le retour au Burkina Faso car le devenir de notre patrie est entre les mains de la jeunesse.

Les défis sont énormes mais pas insurmontables. La situation actuelle de notre Faso ne peut me laisser insensible et nous interpelle tous. Nous les jeunes avons le devoir d’accompagner cette nation vers le développement à travers nos différentes expériences et compétences acquises.

Burkina24 : Parlant de politique, comment est-ce que vous avez vécu à plus de 6.000 kms les derniers événements dans votre pays.

AzD : Nous avons très mal vécu les événements des 30 et 31 octobre depuis la France, et nous avons tous eu très peur pour nos familles au vu de l’escalade de la violence. Nous sommes restés meurtris car nous sommes une nation une et indivisible et les choix politiques doivent rester purement politiques.

Dieu merci, toute la maison a eu la présence d’esprit de conserver un climat de cohésion et d’union nationale. Nous échangeons tout en respectant les convictions politiques et idéologiques de tout un chacun.

Je profite de l’occasion pour présenter mes condoléances aux familles des victimes, mon soutien moral aux blessés et à tous ceux qui ont subi des dégâts matériels.

Burkina24 : Quelle est alors votre lecture de l’actualité dans votre pays, le Burkina Faso ?

AzD : Aujourd’hui le Burkina Faso est une nation très fragile et les poches de tensions naissent un peu partout, et se multiplient. Mon souhait est que cette transition soit impartiale, pose les jalons d’une démocratie stable et équitable. La cohésion et l’union nationale ne peuvent se réaliser avec des exclusions.

Burkina24 : Connaissez-vous Burkina24 ?

AzD : La question serait plutôt « qui ne connaît pas Burkina24 ?».

Toujours au cœur de l’actualité de notre pays au quotidien, c’est un réflexe chaque matin d’aller sur Burkina24.com.

Burkina24 : Votre mot de fin ?

AzD : Etudier à l’étranger n’est pas chose aisée, mais il faut s’accrocher et s’entourer de bonnes personnes afin de rester sur le droit chemin. C’est une véritable expérience ! Le développement de ce pays ne saurait se réaliser sans le concours de la diaspora.

Je lance un appel à tous les Burkinabè dans le monde : restons unis et soudés, cultivons la paix, la solidarité et l’entraide.

Entretien réalisé par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

12 commentaires

  1. Le d?part de Blaise n’excluait pas de turbulance dans le pays vu qu’il ne mangeait pas seul. Paix ? la terre des hommes int?gres

  2. Je ne suis pas d’accord avec ceux,qui veulent l’interdire dans la politique.c’est la d?mocratie et tous peuvent ?ssay? de servir le pays,mais que pour le peuple.

  3. Si aulieu d’?tre n?gatif comme certains nous pouvions nous tous jeunes avoir une vision comme celle du camarade Dabo, je pense que meme si nous n’arrivons pas ? changer compl?tement les choses, nous aiderons quand-m?me ? faire un pas en avant.

  4. Le vrai nom de cette transition est RETARD dans la sous r?gion et occupe toi de tes ?tudes et laisse les politiciens

  5. Mon frere termines tes etudes tranquillement C’est mieux ….Si la transition a du mal a atterir Cest que l’integrite de l’homme Burkinabe dont on toujours Parler n’existe que sur les levers…Et puis rien a changer ceux qui ont quitte gere toujours mais pour Une Autre main…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page